le canal du nord

le canal du nord


en 1878
On envisage pour la première fois de relier par voie d’eau la région parisienne au réseau navigable du nord de la France. Le canal de Saint-Quentin, inauguré en 1810, est alors saturé et vétuste. A l’occasion d’un voyage dans le Nord de Charles de Freycinet, alors Ministre des Travaux Publics, les exploitants miniers de houille lui demandent d’inclure ce projet dans son programme de grands travaux publics.

 en 1901
Parmi plusieurs études de tracé, le Ministère des Travaux Publics retient et soumet à l’enquête le projet de construction d’une voie navigable reliant ARLEUX, sur le canal de la Sensée, à NOYON sur le canal latéral à l’Oise. Cette voie de 95 km doit permettre le passage de péniches flamandes chargées de 280 tonnes de marchandises.

en 1903
La loi du 23 décembre 1903 déclare les travaux d’utilité publique. Le projet est évalué à 60 millions de francs (de l’époque).

en 1908

Les travaux débutent. Ils sont exécutés aux trois-quarts au moment de la déclaration de la guerre de 1914-1918. La cuvette est creusée presque partout, 11 écluses sont pratiquement terminées, ainsi que la plupart des 70 ponts. Le petit souterrain de la Panneterie est achevé, tandis que pour celui de Ruyaulcourt, seule la partie supérieure de la galerie est creusée et revêtue.  
en 1911
Du 12 au 17 novembre une gréve de 94 maçons bloque les travaux du bief d'inchy . Ils demandent le renvoi des ouvriers étrangers 











1914 /1918
Au début de la guerre le canal est presque terminé, seul le bief entre Inchy et Moeuvres est encore en travaux. Pour cette raison il est toujours a sec a cet endroit .Les anglais et canadiens essaieront de percer la ligne Hindenburg a mainte reprise a cet endroit . Le canal sera franchi le 27 septembre 1918

La totalité du canal se trouve dans la zone des combats et les destructions sont importantes : les ponts sont démolis, quelques écluses minées sont détruites et les autres plus ou moins endommagées.
en 1919
Les difficultés financières de la France ne permettent pas de poursuivre les chantiers et de réparer les dégâts causés par les bombardements. Le canal est donc laissé à l’abandon malgré la pression locale. 


en 1939/ 1945
La Seconde Guerre mondiale achève la destruction de la plupart des tabliers des ponts. Cette fois, ils ne seront pas reconstruits et on remblaye la cuvette du canal pour rétablir la circulation.  
en 1957
L’achèvement du canal du Nord est inscrit au IIIème Plan de la Modernisation et d’Équipement par la loi-programme du 31 juillet 1959 pour un montant de 255 millions de francs

en 1960
Son financement sera assuré à hauteur de 140 millions de francs par des péages payés par la profession batelière (loi Morice du 9 avril 1953). Les travaux démarrent en 1960, et c’est le Service de la Navigation Belgique-Paris-Est, représentant l’Administration des Ponts et Chaussées, qui en assure la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre.Pour des raisons économiques, il est décidé de conserver les ouvrages existants et encore en bon état (9 écluses et 2 souterrains), tout en optimisant au maximum le gabarit du canal afin d’accueillir des convois poussés de 700 tonnes. Ainsi, pour augmenter la longueur utile des écluses, les portes aval seront remplacées par des portes levantes.

en 1965
 Ouvert à la navigation le 15 novembre 1965, le canal du Nord est inauguré officiellement par le Ministre de l’Équipement le 28 avril 1966.

Long de 95 km, le canal du Nord relie l’Oise dans le bassin de la Seine à la Sensée dans le bassin Nord-Picardie. Son tracé débute à Arleux, près de Douai (59), pour arriver à Pont-L'Évêque, près de Noyon (60). Il comprend 19 écluses, 16 stations de pompage et 2 souterrains.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

bienvenue

Bienvenue sur ces quelques pages d'histoires d' Inchy en artois Pour beaucoup de personnes, Inchy en Artois est un village de...