20e siecle

 Concours de l'arrondissement d'Arras en 1907,. organisé avec participation de M. le Ministre de l'Agriculture, du Conseil général du Pas-de-Calais et de là commune d'Inchy-en-Artois. Le Concours aura lieu à Inchy-en-Artois,le dimanche 4 août. Il comprendra, outre les catégories habituelles:
Un concours de juments poulinières boulonnaises ;
 Un concours de confitures ménagères et industrielles ;
 Un concours de moissonneuses-lieuses avec des essais pratiques de traction et de releveurs d'épis ; Des essais pratiques de tracteur automobile pour labourage et moissonnage à traction directe et d’enfouisseurs de fumier ;
Un concours de bonne tenue de ferme.
 Les inscriptions sont reçues, jusqu'au 1er août, chez le secrétaire, M. Malpeaux, directeur de l'Ecole d'agriculture de Berthonval


Du 15 janvier au 15 avril 1907
Une école ambulante de laiterie est créer; Inchy est choisi comme village test. Le but de cette école est de former en trois mois des jeunes filles entre 17 et 20 ans pour qu'elles deviennent des femmes de fermiers. L'enseignement est théorique et pratique les élèves sont initiées aux meilleurs procédés d'écrémage du lait, à la fabrication raisonnée du beurre et des divers fromages. Elles sont exercées à déterminer la qualité du lait, à doser la crème ou la matière grasse, par les procédés en usage, le tout complété par des notions théoriques en rapport avec le travail du lait. Des cours sont faits sur la comptabilité agricole, l'économie domestique, l'hygiène dans la famille, les soins à donner aux animaux de la ferme, etc.
A Inchy, commune de 1.000 habitants, 22 élèves ont été primitivement inscrites, 19 ont suivi les cours très régulièrement pendant trois mois; 17 ont passé des examens de fin de session ; deux des meilleures n'ont pas voulu, affronter les épreuves finales ; 15 ont été jugées dignes du diplôme de capacité, et deux ont reçu le certificat, d'assiduité.
Inchy sera par la suite très souvent cité en exemple pour la création d’école ambulante. Apres la première guerre , une ancienne élève d'Inchy deviendra la directrice de cette école de laiterie.

Le 9 janvier 1908
Un accident mortel
Dans la matinée de lundi, le valet de charrue Emile Lemoine, domicilié a Inchy en Artois et âgé de 51 ans a été trouvé sur la route presque sans connaissance. Il déclara qu'il était tombé du cheval qu'il conduisait et expira quelques minutes après.

le 21 août 1919 deux prisonniers de guerre, pensaient pouvoir rejoindre l’Allemagne en suivant le canal du nord . Évadés le matin même de Metz en couture, ils avaient traversés Hermies et Moeuvres avant d’être arrêtés a Inchy ou les deux individus aux allures louches n’étaient pas passé inaperçue. Ils ont été remis a la gendarmerie de Marquion .

10 juillet 1920
Explosion meurtrière
Depuis quelques jours une équipe d'employés au service de la reconstitution des chemins de fer, travaillent sur la ligne Boisleux- Marquion. Ces jours-ci, vers midi, M. Reversez, 1'un de ces employés, revenait pour déjeuner quand tout à coup il entendait une explosion suivie de cris. S'étant retourné, il aperçut deux hommes ensanglantés qui venaient dans sa direction. L'un d'eux était M. Pierre Delaleux, l'autre M.Roger Mohr tous deux employés également, à la reconstitution des chemins de fer, par le Ministère des régions libérées. En arrivant auprès de lui, Delaleux dit à M. reversez « Je suis fort touché », et tomba pour ne plus se relever. Il était originaire d'Inchy-en-Artois. La gendarmerie prévenue, accoururent aussitôt sur les lieux pour les constatations d'usage.

18 octobre 1922
une septuagénaire se pend a Inchy en Artois
Une malheureuse vieille femme de 71 ans, Mme veuve Sellez, ménagère a Inchy en Artois, a été retrouvée a 7 heures du matin, pendue a une traverse de son baraquement, ou elle vivait isolée.
Atteinte de neurasthénie et en proie a des attaques d’épilepsie, Mme Sellez s'est donné la mort au cours d'une crise plus aiguë, ainsi que le laissaient présager depuis quelque temps son attitude parfois étrange .

15 février 1926
Terrible collision entre un train et une auto.
Dimanche soir, après avoir passe l'après-midi chez M et Mme Bricout., agriculteurs et maire d'Inchy-en-Artois, ses beaux parents. M. Henri Becu, agé de 41 ans, agriculteur à Fampoux, retournait chez lui en auto, accompagné de sa femme et de ses quatre enfants, lorsqu'au passage a niveau d'inchy en artois. Trouvant les barrières ouvertes, il s'engagea sur la voie. A ce moment, arrivait avec 20 minutes de retard, le train de voyageurs partant d'Arras à 19 h. 20. L'encaissement de la voie empêcha M. Becu de se rendre compte de l'arrivée du train, et l'auto, prise de flanc, fut traînée sur un parcours de 80 mètres, laissant sur la voie la carrosserie, des débris de laquelle on retira indemnes les quatre enfants. Quant a M. et Mme Becu. qui se trouvaient tous deux sur le devant de la voiture, ils avaient été tues net. Leurs corps ont été transportés chez M. Bricout à Inchy.


12 décembre 1926
663.329 fr.. de dommages-intérêts pour un procès en responsabilité. — A la suite d'un accident d'automobile survenue en février dernier, les époux Bécu-Bricout, agriculteurs à Fampoux, près Arras, furent tués au passage à niveau d'Inchy-en-Artois, sur la ligne du chemin de fer d'intérêt local Boisleux-Marquion ; les quatre enfants qui les accompagnaient sortirent indemnes de l'accident. Le garde-barrière Dupret, reconnu responsable de cet accident, — il avait omis de fermer la barrière, — fut traduit en correctionnelle à Arras Le tribunal l'a condamné, le 7 décembre 1926, à un an de prison, 300 francs d'amende et en tous les dépens, la compagnie Boisleux-Marquion étant civilement responsable. Statuant ensuite sur la demande de la partie civile, le tribunal a accordé 663.329 francs d'indemnité, pour préjudice tant moral que matériel, aux héritiers Bécu-Bricout.

10 décembre 1931
On a retrouvé a Inchy en Artois l'ex autrichien qui enterra un enfant vivant en Serbie pendant la guerre
Nous avons annoncé qu'un soldat autrichien, Nickolas Loukitcha, ancien adjudant au 41 d'infanterie de l'armée austro-hongroise, était recherché par le gouvernement yougoslave, comme ayant enterré un enfant vivant. Ce sous officier autrichien, fait prisonnier par les russes, vint en France après sa libération en 1926.
Le gouvernement yougoslave, dont il est maintenant le ressortissant, ayant demandé son extradition, on le rechercha et on le retrouva travaillant chez M. Deleau, restaurateur a Inchy-en-Artois, ou il est encore en ce moment.
il a été interrogé sur les faits qui lui sont reprochés et dit avoir agi sur les ordres de ses chefs. Au moment de la découverte des parents de l'enfant, ceux ci étaient a demi-dévorés par des porcs, et ce fut, dit il, pour éviter cette cruelle perspective pour l'enfant, que le parti avait été pris de l'enterrer avec ses parents.
Nous n'insisterons pas d'avantage sur cette atrocité inouïe et laissons a la justice le soin d'agir.


13 novembre 1933
Robert Dupont pour le populaire
Inchy-en-Artois, la Cuvette du canal est creusée mais le pont, démoli par la guerre, n'a pas été reconstruit, l'écluse est neuve. En amont, nous retrouvons des traces de tranchées et des entonnoirs nous rappellent çà et là que la guerre y a fait des ravages


04 novembre 1935
Directeur de publication Léon Blum
Dans le Pas-de-Calais aussi la chasse aux adhésions est faite avec persévérance et activité. Un nouveau groupe vient de voir le jour, la semaine dernière, à Inchy en Artois. Il réunit déjà vingt adhérents et notre camarade Panien nous annonce que ce n'est qu'un début. Très bien!

18 novembre 1936
A le suite d'une panne subite survenue a son automobile, alors qu'il se trouvait a proximité d'Oisy le verger, un encaisseur d'Inchy en Artois, M Charles Dagneaux , âgé de 41 ans, était descendu de voiture, lorsqu'il fut attaqué par deux individus qui après l'avoir violemment frappé, le dépouillèrent de sa sacoche contenant 13.000 francs et abandonnèrent, évanoui sur la route.
il fut relevé, quelques instants après par un passant M. Deloffre marchand de charbons à Ecourt saint Quentin, qui parvint à le ranimer.
M.Dagneaux qui n'est que légèrement blessé, a pu donner un signalement précis de ses agresseurs, qu'il croit être des polonais.

Le 06 juin 1937
A Inchy-en-Artois, cent ouvriers agricoles, qui travaillaient dans un champ de betteraves, ont occupé la mairie, malgré l'opposition du maire. Toutes les démarches faites pour les faire partir ont échoué. Les ouvriers des fermes d'Inchy ont suivi le mouvement


09 juin 1937
Les ouvriers agricoles ont évacué la mairie d'Inchy-en- Artois, sans incident. Des volontaires sont partis d'Arras pour travailler aux betteraves. Des gardes mobiles stationnent dans le pays, mais on ne signale aucun incident. Les pourparlers continuent en vue d'un accord
(il y avait 86 grévistes et seulement 3 étaient de la commune. Les syndicats déploreront de ne pas avoir été informé des résultats des négociations.)


16 février 1939

A Inchy-en-Artois, deux accidents graves se produisent.En 1936, un cheval tombe dans un trou qui s'ouvre sous ses pas. on le laisse mort à dix mètres de profondeur. L'année suivante,; l'effondrement d'une sape souterraine cause un grave préjudice à la maison de Mme veuve Courcol, aujourd'hui décédée. Son fils, simple ouvrier agricole,a pu faire effectuer les réparations nécessaires; mais un second effondrement est survenu à la. suite: duquel l'intéressé se trouve dans l'impossibilité absolue d'obtenir satisfaction .
Devant ces accidents qui se multiplient, les élus municipaux de cette commune, profondément,angoissés,adressent, par délibération du conseil municipal, en 1938,- l'émouvant appel suivant: - ; « Le conseil municipal expose à M. le préfet que Mme veuve Courcol-thuilot (Maria), propriétaire, rue de Sains, a sa maison très gravement menacée du fait de l'effondrement de sapes souterraines provenant de la guerre. « Une réclamation faite au moment de la découverte de ces sapes, voici près d'un an, a provoqué une descente sur les lieux des experts des services techniques de l'Etat qui ont conclu à la responsabilité de l'Etat et un dossier de dommages causés a été soumis à l'approbation de M. le. ministre à cette époque. « A l'heure présente, aucune décision n'est encore intervenue, les travaux provisoires de soutien menacent ruine et l’entrepreneur entend dégager sa responsabilité. « Le conseil municipal, ému par une situation qui devient de plus en plus-angoissante et qui menace de priver une famille : d'ouvriers d'une maison qu'ils ont pu faire construire à force d'économies, demande à ; M. le préfet de vouloir bien intervenir de ; toute son influence pour mettre fin à cette situation qui risque de devenir tragique d'un moment a l'autre. »

20 Mai 1940

La septième panzer-division diriger par Ewin Rommel pénètre a Inchy afin de faire une tète de pont avant de repartir vers Arras.
Lors de la débâcle de 1940 , une vingtaine de soldats d'inchy seront fait prisonniers . (liste)

en 1941 

La distillerie devenue non rentable, du fait qu'elle n'a pas su ce moderniser, doit fermer. elle sera démanteler vers 1950.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

bienvenue

Bienvenue sur ces quelques pages d'histoires d' Inchy en artois Pour beaucoup de personnes, Inchy en Artois est un village de...